Tout savoir sur LA Revolution Argentine, La Revolución de Mayo.

Ce mardi 25 mai, l’Argentine célèbre le 211e anniversaire de la Révolution de mai, date à laquelle le premier gouvernement patriotique a été créé, en 1810.

Sa proximité avec la prise de la Bastille ne vous échappera pas… comme pour d’autres pays, la Revolution de mai ou Revolución de Mayo en espagnol fut influencée par les idées diffusées par les Lumières et la Révolution Française.

A l’origine sous la domination espagnole, les terres que nous connaissons aujourd’hui comme l’Argentine, la Bolivie, le Paraguay et l’Uruguay faisaient partie de la vice-royauté connue sous le nom de Royaume du Río de la Plata. 

Après que la nouvelle de la conquête de l’Espagne par les Français ai atteint les Amériques, les citoyens de Buenos Aires estime que le vice-roi, Baltasar Hidalgo de Cisneros, n’est plus éligible à ce poste.

La révolution  débute alors en mai 1810 à Buenos Aires. Elle marque le début d’un processus d’émancipation qui s’est achevé six ans plus tard, lorsque le 9 juillet 1816, le Congrès de Tucumán a proclamé l’indépendance des Provinces unies d’Amérique du Sud. Une date toute aussi importante dans l’Histoire de l’Argentine.

Quels sont les facteurs ayant déclenché la Revolucion de Mayo?

Plusieurs facteurs externes ont déclenché cette révolution:

L’Indépendance des États-Unis:

En 1770, la grande bretagne veut obliger les colonies à payer une partie des coûts des guerres européennes. La plupart des Américains s’y opposent, jusqu’à ce qu’il soit décidé de convoquer un congrès à Philadelphie en 1774. C’est lors de ce congrès que, le 4 juillet 1776, les treize colonies américaines ont accepté de mettre fin à la domination britannique. En 1783, l’Angleterre a dû accepter sa défaite et reconnaître l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

La constitution américaine, promulguée en 1787, est très novatrice : elle déclare que tous les hommes sont égaux devant la loi et proclame le système républicain avec un pouvoir exécutif, un pouvoir législatif et un pouvoir judiciaire.

La rébellion de Túpac Amarú :

Au Pérou, en 1780, un descendant des Incas, José Gabriel Condorcanqui, prend le nom du dernier empereur des Incas, Túpac Amaru – qui avait été assassiné par le vice-roi Francisco de Toledo – et mène une rébellion d’Indiens et de métis contre le pouvoir espagnol. Ils souhaitent mettre fin à l’exploitation brutale à laquelle ils sont soumis depuis des siècles par les Espagnols dans les mines, les haciendas et les moulins.

Le mouvement a bénéficié d’un énorme soutien et s’étend sur une vaste zone allant de la Colombie aux provinces unies du Rio de la Plata. Des milliers d’Indiens rejoignent l’armée libératrice de Tupac Amaru: celle-ci exige la fin de la domination espagnole et la restitution des terres américaines à leurs propriétaires légitimes.

La Révolution française :

En 1789, une révolution a mis fin à des siècles de monarchie en France. La Révolution française a marqué le début de la fin de labsolutisme monarchique et le triomphe des principes de souveraineté populaire et de division des pouvoirs. Le peuple de Paris forme une assemblée qui rédige la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen », dont les trois principes sont « Liberté, Égalité et Fraternité ». La déclaration dit dans un de ses paragraphes :  » Les hommes naissent et vivent libres et égaux en droits.

Les idées libérales de l’époque:

Après la Révolution française, les partisans de la liberté politique et économique ont gagné en force en Europe. On les appelait les libéraux. Les libéraux lisaient les livres de Voltaire, Rousseau, Montesquieu, Diderot et Dalambert, qui avaient servi de base à la révolution et s’opposaient aux monarchies et aux pouvoirs absolus. La diffusion de ces idées était, bien entendu, limitée dans les territoires espagnols, car ces livres n’étaient pas autorisés à entrer par la douane ou par une possession non autorisée. Ils ont toutefois été diffusés clandestinement.

L’ Invasion de l’Espagne par Napoléon :

En 1808, Napoléon envahit l’Espagne et oblige Charles IV à renoncer au trône en faveur de son fils Ferdinand VII. Mais cela ne s’arrête pas là, Ferdinand est fait prisonnier et contraint de laisser le trône d’Espagne à Joseph Bonaparte, le frère de Napoléon. Dans toute l’Espagne, des juntes gouvernementales commencent à se former en réponse à une junte centrale installée à Séville pour résister à l’invasion française. En février 1810, presque toute l’Espagne était aux mains des Français et le 13 mai 1810, la nouvelle de la chute de la Junte centrale de Séville est parvenue à Buenos Aires. L’autorité qui avait désigné le vice-roi Baltasar Hidalgo de Cisneros au Rio de La Plata avait expiré et l’autorité du vice-roi était remise en question.

Qui en furent les premiers acteurs?

Il s’agissait d’une révolution menée par un groupe de criollos révolutionnaires de Buenos Aires, influencés par les idées diffusées par les Lumières et la Révolution française.

Le 25 mai 1810, la Primera Junta est établie comme gouvernement officiel, avec Cornelio Saavedra comme président.

Réunis sur la Plaza de la Victoria, aujourd’hui Plaza de Mayo, les habitants de Buenos Aires imposent leur volonté au Cabildo et créent le Conseil provisoire du Río de la Plata, connu sous le nom de Premier Conseil.

Le conseil a été intégré par Cornelio Saavedra, en tant que président, Mariano Moreno et Juan José Paso, en tant que secrétaires, et Manuel Alberti, Domingo Matheu, Juan José Castelli, Miguel de Azcuénaga, Juan Larrea et Manuel Belgrano, en tant que membres.

C’est ainsi que débute le processus révolutionnaire qui aboutira à la déclaration d’indépendance le 9 juillet 1816.

Les jours qui s'en suivirent... et la déclaration d'indépendance

Quelques jours plus tard, la Junte émet son propre règlement.

Elle demande aux villes de l’intérieur de désigner leurs représentants pour former la Junta Grande : soit 23 députés envoyés dans la métropole de Buenos Aires pour participer à la nouvelle structure du pouvoir.

Au sein de la première junte, la faction dirigée par Cornelio Saavedra ne pensait pas que l’indépendance totale vis-à-vis de l’Espagne soit prudente. En revanche, les sympathisants de Mariano Moreno proposaient l’indépendance vis-à-vis du roi Ferdinand VII, sanctionnant une Constitution, éliminant les titres de noblesse, abolissant l’esclavage et supprimant les tributs payés par les indiens.

La première junte appelle les forces existantes dans la capitale et dans d’autres régions du pays pour organiser l’armée argentine. Les événements qui s’ensuivent, du 18 au 25 mai 1810, conduisent à la dissolution de la vice-royauté du Río de la Plata, générant l’émergence de nouvelles nations telles que l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay.

Un profond changement: souveraineté populaire et autodétermination du peuple.

Bien que les idéaux républicains et démocratiques n’aient pas été immédiatement mis en œuvre par le nouvel ordre de gouvernement, un profond changement de modèle apparaît.

La mise en place d’un gouvernement répondant au bien commun, c’est-à-dire à une idée précoce de souveraineté populaire et d’autodétermination du peuple, signifie que la colonie, pour la première fois, choisirait ses dirigeants en tenant compte de ses intérêts et non de ceux de la métropole européenne.

Un premier pas vers le scénario de l’indépendance, qui deviendra plus tard le conflit interne pour déterminer la forme de gouvernement autonome à mettre en œuvre.

L’indépendance de l’Argentine est finalement déclarée, le 9 juillet 1816.

Découvrez nos circuits thématiques et consultez-nous pour un voyage sur-mesure!