Javier Milei: Président Argentin

Le 10 décembre prochain,  Javier Milei assumera la présidence de l’Argentine après avoir été élu le 19 novembre dernier par plus de 56% du suffrage, contre l’ancien ministre de l’économie du gouvernement sortant, Sergio Massa.

Retour en arriere, il y a quelques semaines. Nous sommes le 19 novembre 2023,  Javier Milei vient de terminer son discours en tant que président élu:  « Viva la Libertad Carajo » ce qui signifie « Vive la Liberté bordel! ». Il le crie 3 fois.  C’est officiel Javier Milei sera le nouveau président Argentin a compter du 10 décembre 2023 et pour 4 ans.

Qui est t-il? comment est-il arrivé si vite a la présidence, que propose t-il? qu’attendent les Argentins de ce changement drastique de politique ?

Pour comprendre l’arrivée soudaine de cet ultra liberal, revenons sur le contexte actuel de l’Argentine. 

Quel est le gouvernement sortant et la situation du pays?

Porte de sortie pour le Péronisme

Le gouvernement sortant est Péroniste de centre gauche : Alberto Fernandez le président, épaulé par Cristina Fernandez de Kirchner en tant que vice -présidente.

Le Péronisme est un mouvement politique difficile à saisir: il émerge en 1945 et porte le nom de son fondateur: Juan Domingo Peron. Président  entre 1946 et 1955 puis entre 1973 et 1974

C’est un mouvement populaire, voir populiste, patriotique qui encourage l’industrialisation de l’Argentine et une politique de redistribution des richesses.

L’Argentine : le contexte actuel du pays

Le Président élu liberal  promet de sortir l’Argentine de la décadence et « reconstruir le pays » , pour ce faire,  il promet qu’il n’ y aura pas de demi-mesure et mettra en place des réformes drastiques.

Pour comprendre les mesures drastiques que souhaite apliquer le nouveau président il est nécessaire de comprendre le contexte actuel de l’argentine:

En effet, le pays souffre depuis plusieurs années d’une crise économique importante:

L’inflation s’élève à  143 % sur un an (un des taux les plus élevé au monde). Depuis 2007 l’inflation galopante est à deux chiffres.

Au vu des derniers chiffres, 4 argentins sur 10 sont pauvres et 6 enfants sur 10 vivent dans la pauvreté.

De plus, ces dernières années, les gouvernements de droite, comme de gauche, ont été mis en cause dans différents scandales. C’est notamment le cas de la vice -présidente sortante Cristina F. de Kirchner.

Des données qui font sursauter, et qui expliquent le cris de ras le bol des Argentins, et le virement tranchant de gouvernement.

Pourquoi autant d’inflation?

Certains facteurs externes peuvent expliquer cette inflation: la fin de la pandémie ou encore les  conséquences de la guerre en Ukraine. Mais les facteurs internes sont montrés du doigt: :  l’émission monétaire en serait la principale cause (la  fabrication des pesos)

Cette inflation est malheureusment intégrée dans la culture des Argentins qui anticipent en permanence l’inflation future.

Javier Milei: son ascension a la présidence.

A partir de 2015, les Argentins voient apparaître de plus en plus souvent dans les media, un économiste nommé Javier Milei. Il est professeur de faculté et consultant dans des entreprises privées.

Son discours est liberal voir ultra Liberal. Il est invité sur les plateaux TV et réitère son idéologie de couper davantage les dépenses publiques de l’état.

Il est à chaque occasion, un spectacle assuré par sa personnalité exubérante: C’est un homme qui s’énerve rapidement, insulte parfois, emploi des formules chocs. Son apparence va de pair avec ses comportements qui interpellent  voire choquent: un costume rayé à l’époque et des cheveux décoiffés.

En 2018 il est l’économiste le plus invité sur les plateaux de télévision en Argentine. Il se lance en politique il y a seulement 3 ans, en 2020: Il lance son propre mouvement politique et est candidat aux élections législatives en 2021.

Il se présente comme un anarcho-capitaliste et met sa campagne sous la bataille de la corruption et aussi et surtout de l’inflation, dont souffre le pays depuis des décennies (+140 % d’inflation sur un an). Celle-ci ronge l’économie du pays. C’est pourquoi, dans son discours de campagne, il se donne comme mission de réduire au maximum les dépenses de l’État.

Le 14 novembre 2021, il est élu député pour la première fois. A la grande surprise de tous, il soumet son salaire à un tirage au sort, chaque mois, ce qui a un succès fou. Sa nouvelle place au parlement se transforme en un tremplin pour sa campagne présidentielle.

Il promet d’en finir avec l’inflation et la corruption  « Je ne suis pas ici pour guider des agneaux mais pour réveiller des lions » un appel à la rébellion contre la classe politique qu’il dit être des « Parasites qui n’ont jamais travaillé » .

Il promet de rendre à l’Argentine sa « puissance » , ce qui rappelle  Donald Trump, ancien président Américain auquel il se sent proche idéologiquement.

Milei utilise des formules chocs, qui frappent les esprits, et son emblème pendant la campagne est la tronçonneuse: elle symbolise la rébellion, le fait de faire table rase du passé.

Mesures a mettre en place et les promesses de Milei

Elles sont nombreuse, en voici quelques unes:

Inflation: Fermer la banque centrale.Milei esitme qu’elle est responsable de l’inflation. Il souhaite également remplacer le pesos Argentin par le dollar américain. Les experts économiques sont dubitatifs sur ce point.  Comment une telle réforme va-t-elle ou peut -elle être mise en place?

Corruption: Mettre fin a la corruption. Javier Milei parle de Caste Politique. Comprendre l’élite politique, coupable selon lui, de la pauvreté des Argentins (péroniste et anti -péroniste confondus). Il promet de mettre l’elite politique à la porte selon ses propres mots.

– Dette publique : réduire très fortement les dépenses de l’État (de 15% du produit intérieur brut) par la suppression de ministères qui devraient passer de 18 a 8 ministères.

– Anti feminisme: il souhaite suprimer le ministères des femmes, créé en 2019 par le gouvernement sortant. Il nie la diffrence salariale entre hommes et femmes.

Pourquoi Milei a t-il séduit autant d'électeurs?

A cela, durant les sondages, les argentins répondent:  ¨On a essayé avec les uns on a essayé avec les autres, cela n’a pas marché¨. Le ras le bol des scandales de corruption et l’inflation ont conduit les Argentins à voter pour un virement brutal de gouvernement.   Il voient en Javier Milei, une porte de sortie à la crise dans laquelle est plongée le pays.

Des Inquiétudes demeurent

Loin d’un vote de conviction, les Argentins restent préoccupés :

– Inquiétude pour le droit des femmes (Milei est un anti feministe)

– Le climat : Milei est un homme politique climato sceptique.

– Peur des effets brutaux que pourraient provoquer les mesures ultra libérales à venir.

Javier Milei, va-t-il pouvoir faire tout ce qu’il a promis pendant sa campagne ? Rappelons que Milei, n’a pas de majorité au parlement, on ne sait donc pas dans quelle mesure il va pouvoir faire avancer ses réformes.

L’autre risque évoqué est celui de la paralysie institutionnelle: sans majorité au congrès il est possible que le pays se retrouve à l’arrêt.

Source:

Podcast Le Parisien  » Qui est l’exubérant Javier Milei, nouveau président Argentin »