Plongez-vous dans l’Histoire du Nord-Ouest Argentin

La région du nord-ouest de l’Argentine a une histoire très riche: celle d’une nature en constant changement tout d’abord, à travers l’étude de ses roches et de ses fossiles. Puis l’histoire de l’Homme: les indiens, la domination inca, la conquête espagnole… chaque étape laissant sa marque dans cette région d’Argentine fascinante.

Salta, Jujuy et la Paléontologie: que nous disent les fossiles?

Ricardo Alonso, géologue contemporain réputé de Salta et docteur en Sciences géologiques, ainsi que le professeur Amadeo R. Sirolli (1900-1981) nous éclairent à travers leurs études.

Le Précambrien et ¨les traces fossiles¨ de l’Antiquité.

Les provinces de Salta et de Jujuy font partie d’une même unité géographique et géologique, situées toutes deux dans les Andes du Centre-Sud. On y trouve des roches qui vont de la lointaine période précambrienne, en passant par d’autres  provenant du Paléozoïque, du Mésozoïque et du Tertiaire. À l’intérieur de ces roches, formées à différentes époques et sous différents climats, soit sur les vieux continents, soit sous les eaux océaniques, sont préservés des vestiges de la faune et de la flore qui y vécurent durant la période de Antiquité. Par exemple, les roches du Précambrien abritent des traces de vers et d’autres organismes à corps mou qui rampèrent dans la boue sur le fond marin et y laissèrent leurs traces.

Ces roches forment aujourd’hui le cœur des principales chaînes de montagnes de la Cordillère orientale, dont la Sierra de Mojotoro qui s’étend à l’est de la capitale Salta. Ils font partie de ce qu’on appelle les traces fossiles et parmi eux se trouvent les Néréites saltensis et les Oldhamias radiata et flabellata, considérés comme les plus anciens fossiles du pays, avec plus de 500 millions d’années d’antiquité.

Le paléozoïque sous la mer, fossiles d’invertébrés marins.

Dans les mêmes chaînes de montagnes de la Cordillère orientale et couvrant l’ancien noyau précambrien se trouvent les couches géologiques du Paléozoïque inférieur, appartenant aux périodes cambrienne et ordovicienne. Parmi eux, ceux qui appartiennent à l’Ordovicien inférieur se distinguent par leur richesse fossilifère et ils émergent dans toute leur splendeur sur la colline de San Bernardo. Là, les couches géologiques contiennent non seulement les marques des vagues des plages de l’époque mais aussi des restes de trilobites (arthropodes), de graptolites, de bivalves, de gastéropodes, de cystoïdes, de brachiopodes articulés et inarticulés (lingules), de microfossiles, parmi une grande variété d’espèces d’invertébrés marins. Il y a aussi les cruzianas, qui sont les marques laissées par les trilobites lorsqu’ils se déplacent dans la boue au fond de ces océans d’eau froide. Cela s’est produit durant l’une des nombreuses époques où Salta et le nord de l’Argentine se trouvaient sous la mer, en l’occurrence il y a quelque 475 millions d’années. On retrouve également des figures que l’on appellent « fougères fossiles » et qui décorent de nombreux murs de Salta comme un revêtement. Ce sont des minéralisations sombres, qui reçoivent le nom technique de dendrites de manganèse et font partie des pseudo-fossiles qu’il ne faut pas confondre avec les vrais fossiles.

Source:  « Rochers et fossiles du Cerro San Bernardo : une histoire de 500 millions d’années » de Ricardo Alonso (Crisol Ed., 156 p., 2008, Salta).

Notre Crétacé et les dinosaures

Le nord de l’Argentine est également riche en découverte de dinosaures dans les couches de la période crétacée, répandues dans toute la région. Une grande variété d’empreintes de dinosaures a été préservée dans les strates calcaires des anciennes plages, avec les marques de vagues et les stromatolithes. Des dinosaures aussi bien herbivores que carnivores, ainsi que bipèdes et quadrupèdes. Leurs os ont également été retrouvés dans le département de La Candelaria, ceux du Saltasaurus notamment, un titanosaure qui avait développé une armure protectrice sur son dos pour se défendre des attaques des carnivores et ceux d’un petit « vélociraptor », le Noasaurus. Elle était associée aux restes osseux de nombreux oiseaux qui ont vécu et se sont éteints avec les dinosaures : les énanthiornites.

Source:  Ricardo Alonso : « Dinosaures de Salta et d’Argentine ». Un Fascinante Capítulo en la Historia de la Tierra » (Crisol Ed., 180 p., 2007, Salta) et « Dinosaures : Los Reyes del Mesozoico » (Éditorial Mundo, 162 p. 2012, Salta).

L’ère glaciaire et les grands mamifères coexistants avec l’homme.

La présence à Salta de restes de grands mammifères du Pléistocène, qui apparaissent dans le matériau de remplissage des vallées, parmi lesquels les mastodontes, mégathéâtres et glyptodontes de la mégafaune du Quaternaire qui s’est éteinte il y a environ 10 000 ans, est également remarquable. Ce sont les animaux popularisés dans le film « L’âge de glace », dont les derniers représentants ont coexisté avec les premiers chasseurs-cueilleurs paléoindiens arrivés sur le continent.

Malgré la richesse paléontologique, il n’existe, à Salta, aucun musée qui conserve ces restes fossiles des différentes périodes géologiques dans les montagnes, les vallées et les plaines du territoire de Salta.


Arrivée de l’homme: des Diaguitas aux Incas.

Les premières traces d’êtres humains apparaissent il y a 12 000 ans, bien que l’on sache peu de choses à leur sujet. Les premiers groupes d’agriculteurs sédentaires, qui travaillaient la céramique et possédaient des animaux domestiques, datent de 1000 avant JC.

La culture Diaguita 

On trouve des traces du développement d’une grande culture, celle des Diaguitas, qui comprenait l’urbanisme et l’exploitation métallurgique du cuivre.

Que signifie Diaguita? Le nom Diaguita est un nom générique donné par les conquérants aux Indiens appartenant à des tribus très différentes : Tolombones, Pulars, Calchaquies, Chicoanas, Quilmes, Luracataos et Cachis.

Oú peut-on trouver des vestiges de ces cultures?

-Le Musée d’Anthropologie de Tilcara: vous trouverez des vestiges d’anciennes tribus: pierres, armes, récipients, ornements…etc.

-Les Pucaras de TilcaraLa fortification de Tilcara a été construite pour contrôler la circulation dans la Quebrada de Humahuaca. Elle domine le Rio Grande du haut d’une colline qui s’élève au milieu de la vallée, à une centaine de mètres de hauteur. Le pucará protégeait les tilcara – une tribu omaguaca – mais n’a pas empêché qu’ils soient conquis d’abord par les Incas, puis par les Espagnols.

-Le Musée Pablo Diaz du petit village de Cachi rassemble de nombreuses pièces qui témoignent de la culture Diaguita dans les vallées.

-Les Ruines de Quilmes, dans la province de Tucuman, sont un formidable vestige de la tribu Quilmes, qui résista à l’invasion Inca puis Espagnole. Cette civilisation s’est éteinte a la fin du XVII lorsque les survivants des guerres contre les conquistadors furent déportés sur la côte du Río de la Plata.

-Les Ruines de Santa Rosa de  Tastil: Santa Rosa de Tastil est une petite ville des Andes de Salta et l’un des arrêts sur la route de San Antonio de los Cobres, lorsque vous suivez la route du Train des Nuages. Elle ne compte qu’une poignée de maisons autour d’une chapelle et d’un petit musée. Les ruines couvrent un total de 12ha, certains objets y sont conservés et des panneaux expliquant ce qu’était la ville préhispanique de Tastil y sont exposés.

 

 

L’invasion inca

Les Incas étaient le peuple le plus avancé et le plus puissant de la région. Ils étaient originaires du nord, on suppose de la région du lac Titicaca. A l’époque de leur apogée, ils ont dominé toute la région andine, de la Colombie au Chili et une partie de l’Argentine jusqu’à Mendoza (voir le Puente del Inca, à Mendoza). Cette domination n’est tombée qu’avec l’arrivée des conquistadors espagnols au XVIe siècle.

Comment était constituée la société inca? elle était divisée en trois classes : la noblesse, le peuple et les Yanacones ou serviteurs de l’empire (esclaves). La base de l’organisation sociale était les « ayllus », un groupe de familles ayant un ancêtre commun. Dans la ville de Cuzco, capitale de l’empire, vivait l’Inca, souverain suprême qui détenait un pouvoir absolu et héréditaire.

Quel était leurs activités? L’agriculture tout d’abord:  Ils avaient un système avancé, qui comprenait la culture en terrasses avec des réseaux de fossés et de canaux (ce système peut encore être apprécié dans les ruines de quilmes). Leur régime alimentaire comprenait du maïs, des pommes de terre (dont ils avaient réalisé différentes variétés), du quinoa et du chili. Ils mangeaient de la viande de lama, qu’ils utilisaient également pour le cuir et la laine. Les Incas étaient de grands fileurs, tisseurs et potiers. Nombre de ces activités sont encore pratiquées par leurs descendants avec une habileté inhabituelle et se retrouvent dans les marchés.

Quelle était leur religion et croyances? ils étaient polythéiste, ils vénéraient le soleil, la terre et la lune, et ils avaient un important culte des morts. Voir notre article sur les enfants sacrifiés du Llullaillaco.

Où peut-on voir des vestiges Inca dans le nord-ouest? Il est encore étonnant de voir les constructions qu’ils ont réalisées avec de gros blocs de pierre, assemblés sans mortier. A Salta, Jujuy, et Catamarca des vestiges incas ont été préservés, bien que le joyau de ce type d’architecture soit le Machu Pichu au Pérou.

-Le Qapaq Ñan ou le chemin de l’inca, vaste réseau de communication routier présent dans les provinces du nord de l’argentine et jusqu’à Mendoza. On retrouve des vestiges à travers des routes et escaliers de pierres, ou même des ponts dans les provinces de Salta, Jujuy et Mendoza.

Les silos inca de la Poma, Salta: des vestiges incas peuvent-être appréciés du coté de la Poma oú ont été préservées d’anciens silos incas.

-Le Shincal de Quimivil, à Catamarca, est le plus grand complexe archéologique de la province. C’était une importante ville préhispanique, avec une épaisse muraille percée d’une porte de forme conique, typique de l’architecture inca. Elle est située à quelques kilomètres des villes de Londres et de Belen. Avant l’arrivée des Espagnols, la ville était le chef régional de l’Empire Inca, située dans une petite vallée de la chaîne de montagnes Quimivil, reliée par le Qapaq Ñan, le chemin de l’Inca. C’était un important point de transit vers le Pacifique par le col de San Francisco. En plus de plusieurs hectares de ruines de maisons et d’entrepôts alimentaires, le site conserve un ushnu : une élévation pyramidale qui symbolisait le pouvoir des envahisseurs incas sur les populations locales. Certains des objets trouvés sur le site sont exposés au Musée des sciences naturelles de La Plata. Sur place, El Shincal dispose d’un centre d’interprétation.

 

Le chemin de l’Inca, le Qapaq Ñan.

Il à été élu Patrimoine culturel de l’Humanité par l’Unesco. C’est en effet l’une des plus grandes œuvres de l’empire inca: ses routes sont connues sous le nom générique de « Caminos del Inca » ou Qapaq Ñan. Cet imposant travail d’ingénierie montre une connaissance approfondie de la géographie du lieu et aussi une ferme décision d’organisation géopolitique.

Que signifie Qapaq Ñan? en langue quechua Qapaq Ñan signifie le chemin principal: Ñan(chemin) Qapaq (principal).

Oú se trouve le chemin de l’inca en Argentine? Le Qapaq Ñan s’étendait sur quelque 23 000 kilomètres entre le nord de l’Argentine et la Colombie. Dans les Andes, toutes les routes menaient à Cuzco, au centre du Tawantinsuyo. En Argentine, le Chemin de l’Inca traversait les provinces actuelles de Jujuy, Salta, Tucumán, Catamarca, La Rioja, San Juan et atteignait Mendoza, à l’extrémité sud des régions soumises à l’empire.

Oú peut-on visiter des segments du chemin de l’inca? L’un des tronçons les plus singuliers se trouve dans la province de Jujuy. Elle relie les petites villes de Santa Ana et de Valle Colorado, au moyen d’escaliers de pierre qui ont été taillés entre les pyramides. Ces œuvres de l’époque préhispanique sont encore utilisées aujourd’hui par les habitants des deux villes. Pour le visiter, il est nécessaire d’avoir un guide. À Santa Ana, l’altitude atteint 3 400 mètres, puis elle descend sur environ 16 kilomètres vers Valle Colorado et, plus loin, l’entrée du parc national de Calilegua. Un réseau a également été découvert dans la vallée Encantado.

Tout le réseau du chemin de l’inca est-il accessible aux visites? Non. Le réseau total du chemin de l’Inca en Argentine comprend 13 segments. Seulement 3 sont accessibles: dans les province de Salta, Jujuy et Mendoza. Les segments restant se trouvent dans des zones difficiles d’accès.


La conquête espagnole et la colonisation

Il n’a pas été facile pour les Espagnols de dominer les Incas dans cette partie du territoire argentin. La tâche a été marquée par des avancées et des reculs constants.

L’arrivée des Espagnols

En avril 1582, Hernando de Lerma fonde la ville. Il est venu de Tucumán pour établir un point de contrôle sur la route entre le Haut-Pérou et les colonies plus au sud. Le petit village a été continuellement assiégé par les Indiens, mais il a profité de sa position stratégique, abritée par les collines, pour survivre. C’est ainsi que Salta s’est développée, sans jamais perdre son statut de carrefour.

La présence Jésuite dans la région

Il est bien connu que les Jésuites ont mené en Amérique une entreprise qui nous remplit encore aujourd’hui d’admiration : les fameuses missions dont seules les ruines restent comme témoins silencieux d’une expérience qui a été tronquée.

La stratégie des Jésuites est née de leur capacité d’étude et de recherche : dès leur arrivée en Amérique, ils se sont consacrés à observer, à poser des questions, à consulter des informateurs autochtones, à prendre des notes, à élaborer des grammaires, des dictionnaires, des cartes et des chroniques. Ils ont pu entrer dans la culture américaine par leurs mots, leurs symboles, leur façon de comprendre et de donner un sens à l’univers.

Quelle importance avait les Jésuites dans la région? La découverte des anciennes constructions correspondant aux réductions du XVIIIe siècle va permettre de réévaluer l’importance de la Compagnie de Jésus à Salta, dont la présence était sans doute plus importante dans d’autres régions d’Amérique et même dans des territoires de l’Argentine actuelle, comme Misiones (San Ignacio Mini, Loreto) ou Córdoba. Cependant, et bien qu’il soit considéré comme une petite école, il n’y a aucun doute sur l’importance que pris l’ordre Jésuite dans la région.

Quand cette présence prend t-elle fin? Un indicateur du détachement local de la Compagnie de Jésus a été la destruction, au milieu du XIXe siècle, de son église et de son école qui, avec le Cabildo, avaient constitué les plus importants bâtiments coloniaux de la ville.

Oú peut-on en savoir plus sur l’histoire des Jésuite dans la région? Au Museo Historico del Norte à Salta: on y retrouve notamment une belle chaire de l’église détruite, peinte et dorée très bien conservée.

Source: Journal el Tribuno, Salta.

La militarisation de la couronne espagnole et ses milices

La politique de militarisation de la couronne espagnole a été mise en place durant le gouvernement de Tucumán en 1772 et disposait de milices urbaines dans tout le royaume du haut Pérou.

L’installation de nouveaux forts exigeait la présence efficace de soldats partisans, dont l’enrôlement était prévu pour des périodes prolongées de neuf ans, et de milices appelées dans les moments de danger ou de nécessité de faire des incursions punitives dans le Chaco.

L’élite locale, voyait dans les milices la possibilité d’acquérir des grades militaires. Dans la ville de Salta, cinq régiments furent formés, parmi lesquels le régiment des Dragons, dans lequel les habitants les plus distingués occupaient les plus hautes fonctions.

La rébellion indigène obliga la Couronne à renforcer la présence militaire au sein de la vice-royauté. Dans l’un des corps de cavalerie  se trouve Martín  Miguel de Güemes, qui devait plus tard jouer un rôle de premier plan dans la guerre d’indépendance.

Source: Conicet – GUERRA, MILITARIZACIÓN Y PODER. EJÉRCITO Y MILICIAS EN SALTA Y JUJUY. 1810-18161 de Sara Emilia Mata de López.

De 1810 à 1820: La guerre d’indépendance dans le nord-ouest

C’est le sentiment national qui a donné naissance à la Révolution de mai 1810. Le groupe révolutionnaire était petit, mais il était soutenu par la majeure partie de la population de masse de Buenos Aires et a immédiatement cherché à assurer sa position dans le reste de la vice-royauté, ce qui conduit à la guerre.

En Argentine, le conflit militaire contre les Espagnols et les royalistes qui s’est étendu sur toute la décennie entre 1810 et 1820 est considéré comme une « guerre d’indépendance ». (Lire l’Argentine prend son independance face a l’Espagne, de Terra Argentine)

Quand est-il dans le nord du pays? Le nord actuel de l’Argentine subi les attaques des royalistes venus du Alto Peru. Ceux-ci furent neutralisés par les milices et les forces irrégulières de Salta et de Jujuy dans ce qui sera plus tard appelé la « guerre des gauchos ».

Quelles furent les batailles fondamentales de la guerre d’indépendance? les batailles importantes de la guerre ont été peu nombreuses : Suipacha est entrée dans l’histoire comme la première victoire patriotique en 1810 ; Tucumán en 1812 et Salta en 1813 ont été fondamentales. Chacabuco en 1817 et Maipú en 1818 ont été les victoires décisives de San Martín au Chili, celle qui commencèrent à définir le conflit.

Quand fut déclarée l’indépendance? Le congrès de Tucuman proclame l’indépendance des provinces unies du Rio de la Plata le 9 Juillet 1816.

Source: La guerra de independencia en la historiografía argentina de Gabriel Di Meglio.

L’idéologie de Martin Miguel de Guemes

Güemes a construit son pouvoir en donnant protection et compensation matérielle aux militants mobilisés, les gauchos. La mobilisation du monde rural a fini par rompre les relations sociales établies à l’époque coloniale entre l’élite et la population rurale, basées notamment sur la location de terres, l’octroi de crédits et l’administration de la justice par le cabildo.

La guerre a déclenché des tensions sociales et ethniques qui avaient été contenues depuis l’époque coloniale. Les élites de Salta et de Jujuy tolérèrent difficilement le système de Güemes, elle le firent uniquement car les urgences de la guerre le rendait nécessaire.

Le régime de Güemes a également reçu le soutien du Conseil d’administration et du Congrès: il jouait la fonction d’une barrière solide contre les invasions espagnoles dans les provinces du nord.

Quelles mesures Guëmes a t-il mis en place? Certaines mesures de Güemes ont irrité l’élite. Notamment l’exemption du paiement d’un loyer aux gauchos en compensation de leurs services militaires ainsi que l’extension de la juridiction militaire qui les soustrayait à la juridiction civile. La mobilisation des paysans dans des milices qui jouissaient d’une juridiction militaire et étaient récompensées par des exemptions de loyer a ouvertement remis en question pour la première fois l’autorité de l’ordre établie par les élites.

Quelle était l’idéologie de Guëmes? Une idéologie républicaine: Guemes remettait en cause l’autorité des élites donnant forme à un concept de patrie vaguement défini, mais qui comprenait les concepts d’égalité devant la loi et d’abolition des différences ethniques.

Qui étaient les Gauchos de Guëmes? Ils étaient des paysans de la région de Salta et Jujuy aux moyens matériels limités. Paysans sans terre, ils étaient des peones (travailleurs ruraux) ou des locataires, louant des terres dans les haciendas des élites à qui ils payaient un loyer (en espèces et/ou en travail). La grande majorité était composée d’adultes âgés de 20 à 35 ans avec ou sans familles. Excellents cavaliers enrôlés dans la milice, le terme gaucho a une connotation militaire certaine, c’est pourquoi les gauchos sont devenus des figures respectées et craintes par les Espagnols et les patriotes.

Source: “El orden es el desorden”. Guerra y movilización campesina en la campaña de Jujuy, 1815-1821 – Gustavo L. Paz UNTREF/UBA/Conicet.

1813: La bataille de Salta, décisive dans la lutte pour l’indépendance

L’armée du Nord, sous le commandement des généraux Manuel Belgrano et Eustoquio Díaz Vélez, a affronté les troupes espagnoles de la vice-royauté du Pérou, commandées par le brigadier Juan Pío Tristán, dans les champs de Castañares, au nord de l’Argentine. Elle a eu lieu le 20 février 1813, est connue sous le nom de Bataille de Salta et est considérée comme un des épisode important de la Guerre d’Indépendance.

Le conflit s’est terminé par la victoire des Provinces Unies du Río de la Plata, un bloc qui avait déjà été imposé un an plus tôt lors de la bataille de Tucumán. Ce fut l’une des plus importantes victoires de l’indépendance argentine, les royalistes s’étant totalement rendus.

Petite anecdote, le général Manuel Belgrano accepta que l’armée vaincue rende ses armes, ses drapeaux et ses instruments, et jure de ne plus combattre la nouvelle patrie émergente. En échange, leurs vies seraient épargnées et un retrait pacifique serait effectué.

La bataille de Salta, et auparavant celle de Tucumán, ont été deux chapitres fondamentaux dans la lutte pour l’indépendance du Río de la Plata: C’est la première fois que l’armée du Nord combattu avec l’un des emblèmes nationaux : le drapeau argentin.

Source: Ministère de la Culture d’Argentine.

Nos circuits coup de coeur pour mieux connaitre l'histoire du nord-ouest et sa culture: