Route vers Cachi: de la Vallée de Lerma au Parc National Los Cardones

Depuis Salta, le voyageur prendra la route provinciale 33 en direction de la verdoyante Quebrada del Escoipe. Une ascension spectaculaire débute vers la Cuesta del Obispo passant par el Valle Encantado, jusqu’en son point le plus haut, la Piedra del Molino: un point de vue panoramique spectaculaire à 3.348 m!

On laisse derrière nous la Vallée de Lerma et ses paysages verdoyants pour laisser place à un paysage coloré d’altitude. Une étendues de cactus, ces cardones du nord-ouest argentin, nous reçoivent, au coeur de Parc National de Los Cardones.

Une fois la Recta de Tintin traversée, apparaissent les premiers villages: Payogasta et Cachi.

Les premiers villages, Payogasta et Cachi

Payogasta

Il est le premier village desservie par la route provinciale 33, juste après la Recta del Tintin. Un village d’origine indienne dont le nom signifie « village blanchâtre ». Construit de maisons blanches en adobe, celles-ci ressortent sur le fond vert de la vallée, la couleur ocre des montagnes et celle des poivrons rouges des champs alentours.

Cachi

Cachi possède en plus d’un paysage magnifique, des sites archéologiques de grand intérêt comme le site de La Paya et de Las Pailas. La vue depuis Cachi est dominée par l’imposant Nevado de Cachi et par la fertile Vallée de Cachi Adentro. Dans le village même, l’église et le musée Archéologique de Cachi sont de grand interêt culturel.

Histoire et origine de Cachi:

L’origine et la signification du Cachi restent aujourd’hui discutées, en langue Quechua le mot Cachi signifie sel mais il est impossible d’expliquer pourquoi.

Une autre étymologie du mot vient de la langue des anciens Diaguitas où « Kak » signifie rocher, pierre, rocher et « chi », silence, solitude. Une autre version parle d’un mot atacameño qui signifie Belle Vallée.

L’origine de ce qui, avec le temps, deviendra la ville de Cachi, remonte à 1673, lorsque Doña Margarita de Chávez se voit confier un ordre jésuite. La Finca Hacienda de Chachi.

Cette propriété a enfermé la ville pendant des années, empêchant son expansion, jusqu’à ce qu’en 1796, après la construction de la chapelle historique, les Mercedarios commencent à attribuer des parcelles aux voisins pour y construire leurs maisons.

Quoi voir, quoi faire à Cachi et dans ses alentours?

Richesses archéologiques des environs

La communauté aborigène dont faisait partie la tribue Diaguita est toujours présente dans les Vallées. Ce groupe d’agriculteurs développe d’importantes techniques métallurgiques et artistiques.

Les sites archéologiques les plus importants sont ceux de la Paya, las Pailas, Los Graneros, Peñas Blancas et Tolombón. Le musée archéologique de Cachi Pio Pablo Diaz. expose de nombreuses pièces retrouvées sur ces sites.

La route des vins à Cachi: vignobles et bodegas

Cachi possède une diversité de sols unique, allant des sols pierreux aux sols limoneux sableux. L’altitude est d’environ 2600 mètres et l’amplitude thermique dépasse 20 degrés. Ces facteurs constituent un mélange explosif, car ils offrent des conditions idéales pour la production de vins haut de gamme.

Visiter Cachi c’est également se rendre dans ses vignobles pour apprendre à connaître le terroir de la région et les différents types de raisins que l’on y cultive.

Bodega Miraluna est un lieu où l’on peut profiter du silence et de l’immensité de la Cordillère des Andes. Un décors unique! Vous pourrez realiser une visite guidée de la cave et déguster leurs vin de grande qualité.

Bodega Isasmendi est une entreprise familiale à laquelle participent des grands-parents, des parents et des petits-enfants, tous très bien conseillés et motivés par le grand-père Jean Paul Bonnal, un Français qui vit en Argentine depuis de nombreuses années et qui est passionné par l’art de la vinification recu de son terroir français dès son plus jeune âge.

La Bodega Puna, la plus récente, est une excellente option pour déjeuner avec vue sur le vignoble.

La Poma et l'Abra del Acay

La Poma est un  village pittoresque à deux heures de Cachi auquel on accède en empruntant une route spectaculaire!

Des ravins sinueux, des chaînes de montagnes à perte de vue sous un ciel bleu azur accompagnent les quelques 190 kilomètres de route qui conduisent à La Poma. Le Puente del Diablo (pont du diable), les Volcanes Gemelos (volcans Jumeaux) et des silos Incas sont quelques-uns des trésors naturels de ce village situé à 3 015 mètres d’altitude!

Des collines imposantes et de lointains sommets enneigés contiennent La Poma. Les Volcans jumeaux, ont environ cent mille ans et appartiennent à la période quaternaire.

L’Abra del Acay, route spectaculaire reliant La Poma à San Antonio de los Cobres est le point culminant de la route 40 : 4972 m d’altitude en son point le plus haut!

L’Histoire de la Poma

On a retrouvé à la Poma quelques vestiges précolombiens, puis la trace du premier colonisateur espagnol Manuel Felix de Soltevila, qui arriva sur les lieux deux siècles après la découverte de l’Amérique.

La Poma fut à moitié détruite par un tremblement de terre le 24 décembre 1930. Une partie du village en adobe fut reconstruit et un autre secteur fut construit à un kilomètre de là, près de la rivière Peña, à son embouchure sur le Calchaquí.

Quoi voir, quoi faire à la Poma?

Le village: Une ruelle encadrée par deux piliers en pisé d’environ 500 mètres de long protège la vieille ville et lui donne un charme particulier. Sur ses flancs, les chemins assaillis de troupeaux de moutons et de lamas offrent une jolie carte postale du lieu.

Le Puente del Diablo: Deux kilomètres plus loin, se trouve le Pont du Diable, une structure construite par dame nature. Ici, l’eau de la rivière Calchaquí est encaissée dans les montagnes. Le murmure de l’eau laisse derrière lui tous les bruits de la civilisation. Comment s’y rendre? Pour atteindre le Puente del Diablo, les visiteurs devront descendre une pente qui mène au croisement naturel où passe la rivière Calchaquí.

Los Graneros, silos Inca: Une autre perle dans les environs de La Poma. À l’intérieur d’une énorme grotte, se trouvent des silos circulaires et rectangulaires. Ils étaient principalement utilisés pour stocker le maïs. En raison du type d’architecture, ils sont considérés comme des silos Incas. Leurs construction en boue est complexe: ils ont été construits selon les principes modernes de ventilation et de protection contre les rongeurs, encore en vigueur aujourd’hui.

Ou se restaurer et prendre un verre à Cachi?

Viracocha:
Offre une cuisine locale gourmet dans un restaurant joliment décoré. (Federico Suárez 504).

Ashpamanta:
Restaurant végétarien pour les voyageurs lassés des bifes de chorizo! (Bustamante s/n).

La Bodega Isasmendi:

Il est possible de prévoir une picada – apéritif sur demande, à partager sur la charmante terrasse de la bodega, vue sur le vignoble. Gros coup de coeur!  Réservez à l’avance…

La Bodega Puna:

Une excellente option pour déjeuner. Nous recommandons le menu maridaje avec une dégustation des vins de la bodega. Vue sur le vignoble.

Notre sélection de circuits autour de Cachi: