L’Altiplano Argentin, trésor aux pieds des Andes.

L’horizon infini de la Puna se résume en trois mots: la terre, le salar et le ciel.

Un voyage dans la Puna Salteña est une aventure dans l’immensité de l’Altiplano, à plus de 4.000 m d’altitude où se trouvent les pics des neiges éternelles, des volcans, d’immenses déserts de sel, des lagunes et des vigognes. Une expérience hors des sentiers battus, loin des foules: l’immensité de la Puna et vous.

Route vers Tolar Grande

A quelques 380 kms de la ville de Salta et plus de sept heures de pistes, se trouve le village de Tolar Grande.

Le voyageur prendra la route de San Antonio de los  Cobres (route du viaduc de la Polvorilla) avant de poursuivre vers le Salar de Arizaro et le labyrinthe des collines de Los Colorados. On est immédiatement surpris par la couleur ocre de la terre qui contraste avec le ciel bleu intense à perte de vue. La piste se poursuit avec le passage des Siete Curvas ou sept courbes, tant apprécié des photographes qui jouent avec l’intense couleur du paysage et la lumière du soir.

Enfin, apparait le Cerro Macón puis Tolar Grande, porte d’entrée vers la Puna. Paradis des photographes et amoureux d’une nature insolite à perte de vue!

Quoi voir, quoi faire dans les alentours: à la découverte des merveilles géologiques de la Puna

Les Ojos de Mar

Trois lagunes célestes se détachent dans la blancheur du Salar Salteño. Ce sont trois yeux de mer  ou Ojos de Mar, situés à cinq kilomètres du petit village de Tolar Grande.

Même si beaucoup de gens pensaient qu’en raison de la hauteur et des mauvaises conditions météorologiques, il était presque impossible que la vie y existe, on a découvert que l’une des plus anciennes formes de vie de la planète habite ces petites lagunes.

Ce sont les stromatolites, des microorganismes spécialisés dans la transformation du dioxyde de carbone en oxygène. Pour cette raison, les autorités locales ont aménagé des chemins  pour protéger le site, que l’on ne peut accéder qu’à pied.

Le Cono de Arita et le Salar de Arizaro

Depuis Tolar Grande, il ne reste plus que 80 kilomètres pour atteindre le Cono de Arita et le Salar de Arizaro l’un des plus grands salar au monde, un spectacle immanquable!

Que signifie Arizaro ? Lieu où dorment les condors. Son joyau, le Cono de Arita, une pyramide presque parfaite haute de 147 mètres, constituée d’un mélange de sel et de lave noire et se trouve à environ 200 mètres au-dessus de la surface. Elle s’élève pour imposer son mystère dans la vaste plaine…

Volcan à moitié formé? cet étrange vestige de la géologie de Salta était un lieu sacré pour les civilisations pré-inca. La solitude de l’environnement a enflammé les mythes et les légendes indigènes, dans lesquels le cône prétendait être un dieu, peut-être façonné par les caprices du vent…

Désert de Puna et volcans de plus de 5.000 m.

Les volcans Llullaillaco, Socompa, Arizaro, Aracar, Guanaquero et Macon. Ils sont, pour certains alpinistes experts  et passionnés du monde entier, un défi à gravir!

Le monde a connu l’existence de ce lieu lointain et solitaire, entouré par les montagnes de Macon, Aracar et Llullaillaco, lorsque dans cette dernière on a retrouvé les corps de trois enfants que le froid intense des hauteurs avait conservés intacts.

Le Llullaillaco, à 6 739 mètres, est l’un des plus hauts volcans du monde, et c’est là, presque au sommet, qu’une expédition a trouvé le sanctuaire où les enfants, dont une jeune fille connue sous le nom de vierge, auraient été offerts aux dieux andins.

La Mine de la Casualidad

Le camp minier de La Casualidad est situé à 131 Km de Tolar Grande, à 3 heures de voiture environ.

Depuis Salta, la capitale, il y a une distance d’environ 518 km on y accède en suivant la route de la frontière avec le Chili.

Bien qu’aujourd’hui elle soit abandonnée, durant l’époque de fonctionnement, elle abritait plus de 3 000 personnes qui travaillaient dans le traitement du soufre extrait de la mine La Julia.

Le Tunel del Hombre Muerto

Le tunnel de l’homme mort fait plus de 180 m de long. Il s’agit d’une grotte faite de 4 voutes et d’un pont dans laquelle se trouvent des stalactites et colonnes de sel.

Un émotionnant voyage au coeur de la culture andine

C’est sans aucun doute ce mélange de paysages hors du communs avec la culture andine qui font la richesse de cette région.

Car la culture andine et ses paysages n’ont pas de frontières! On la retrouve aussi bien au Pérou, en Bolivie, au nord du Chili, en Equateur que dans le nord-ouest Argentin.

Flamants roses, camélidés (lamas, alpagas, guanacos, vigognes) cactus ou cardones, éternelles salines, volcans, pièces uniques de tissus colorés, plats préparés à base de maïs, le quechua, l’adoration à la Pachamama, la musique, les instruments à cordes, les instruments à vent… Une culture Andine que l’on retrouve à Salta, au coeur de la Puna.

Ses habitants ont, depuis l’époque pré-hispanique, réussis à s’adapter aux dures conditions climatiques et ont su se construire durablement. Les villages comme San Antonio de los Cobres et Tolar Grande sont un exemple de conservation des coutumes ancestrales que l’on retrouve notamment au travers des cérémonies de la Pachamama (cérémonie et offrandes à la Mère Terre), los Misachicos (procession religieuse) la Apacheta (offrande sous forme de monticule de pierres) et la Señalada (cérémonie pour marquer le bétail).

Fêtes et traditions de Tolar Grande

La grande fête de Tolar Grande a lieu le 8 décembre, jour de la Vierge, lors de la procession en l’honneur de la Virgen del Valle, patronne du village.

Cette célébration comprend des matchs de football, tant pour les hommes que pour les femmes, pour les 600 visiteurs qui arrivent ce jour-là pour partager la fête religieuse, qui se termine par une danse populaire.

Ce jour-là, les habitants de Tolar Grande, environ 340 personnes, profitent de la visite d’un prêtre pour organiser des mariages, des baptêmes et des communions, dans une émouvante cérémonie collective.

Nos circuits à Tolar Grande et dans la Puna: